• Accueil
  • Dernier Numéro
  • Résultats des prothèses totales de hanche chez les moins de cinquante ans : à propos de 43 cas

Résultats des prothèses totales de hanche chez les moins de cinquante ans : à propos de 43 cas

Articles Originaux

Hamza Benameur, Yassine El Andaloussi, Babreddine Boushaba, Ahmed Reda Haddoun, Driss Bennouna, Mostapha Fadili

Service de traumatologie orthopédie Aile 4, CHU Ibn Rochd. Casablanca

Rev Mar Rhum 2017; 42: 34-7

Quarante-trois patients âgés de moins de 50 ans ont été inclus dans une étude rétrospective colligée au service de traumatologie orthopédie Aile 4 du CHU Ibn Rochd de Casablanca, ayant nécessité la mise en place d’une prothèse totale de hanche (PTH) sur coxarthroses d’origines diverses. Dans notre série, 31,9% avaient une ostéonécrose aseptique de la tête fémorale et 23,4% une coxite inflammatoire.

La moyenne d’âge était de 36 ans, plus basse que la moyenne d’âge occidentale, peut être expliquée par le jeune âge de la population marocaine par rapport à la population occidentale et par la fréquence des pathologies touchant le sujet jeune dans notre contexte : coxites inflammatoires, coxarthrose post traumatique.

Les résultats de notre étude ont noté une nette amélioration du score de Postel et Merle d’Aubigné après la mise en place de la prothèse totale de hanche. Les résultats avant 50ans sont diversement évalués dans la littérature. Il est classique de dire qu’ils sont globalement moins bons sur le long terme que ceux d’une population plus âgée.

En effet, les patients jeunes sollicitent mécaniquement leur prothèse de façon plus importante. Mais la gêne fonctionnelle traduite par la douleur, la perte de mobilité et la boiterie à cause de la coxarthrose, impose une prise en charge chirurgicale après une prise en charge médicale initiale bien conduite par les rhumatologues, pour retarder le plus possible le recours ultime à la prothèse. Néanmoins, Le couple de frottement céramique/céramique dans des configurations correctes, permet d’espérer une implantation prolongée et donc une stratégie à long terme sans conséquence sur le résultat fonctionnel.

Forty-three patients under the age of 50 were included in a retrospective study in the Department of Traumatology Orthopedics Aile 4 of the Ibn Rochd University Hospital in Casablanca, requiring a total hip prosthesis (THP) on osteoarthritis. In our series, 31.91% were due to aseptic osteonecrosis of the femoral head and 23.4% due to inflammatory coxitis.

The average age of 36 years, lower than the average Western age, can be explained by the young age of the Moroccan population compared to the western population and by the frequency of pathologies affecting the young subject in our context: coxitis Inflammatory, post-traumatic osteoarthritis.

The results of our study showed a marked improvement in the score of Postel and Merle d’Aubigné after implantation of the total hip prosthesis. The results before 50 years are variously evaluated in the literature. It is classic to say that they are generally less good in the long term than those of an older population.

Indeed, young patients mechanically use their prosthesis more importantly. However, functional impairment due to pain, loss of mobility and lameness due to hip osteoarthritis, requires surgical management after initial medical management by rheumatologists to delay as far as possible the ultimate use of the prosthesis. Nevertheless, the ceramic / ceramic friction in correct configurations, allows hoping a prolonged implantation and therefore a long- term strategy without consequence on the functional result.

Mots-clés: coxarthrose, inflammatoire, hanche, prothèse, jeune