• Accueil
  • Dernier Numéro
  • Enquête sur la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde par le médecin généraliste au Maroc.

Enquête sur la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde par le médecin généraliste au Maroc.

Articles Originaux

Mirieme Ghazi, Anass Kherrab, Radouane Niamane.

Service de Rhumatologie, Hôpital Militaire Avicenne, CHU Mohammed VI. Université CADI AYAD, Marrakech - Maroc.

Rev Mar Rhum 2017; 40: 40-9

L’objectif de notre travail était d’évaluer les modalités de prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde (PR) par les médecins généralistes (MG) afin de vérifier le degré de concordance aux recommandations de bonne pratique. Pour ceci nous avons mené une enquête auprès des MG du secteur public et privé du royaume.

Un questionnaire a été élaboré, validé par un comité d’expert et ayant reçu le label de la société marocaine de rhumatologie (SMR), puis adressé à tous les membres de l’association MG Maroc à travers Google Forms (outil de création des sondages). Le questionnaire comprend des questions à choix multiples et un cas clinique.

Parmi les 9055 MG exerçant au Maroc, nous possédons 3400 mails. Parmi les 890 mails valides, 220 MG avaient répondu, soit un taux de participation de 24,71%.

Le nombre de patients atteints de PR vus mensuellement en consultation par les MG était en moyenne de 5,75 patients par mois.

Concernant le diagnostic de la PR, la moitié des MG ne connaissent pas le délai à partir duquel il faut poser le diagnostic précoce. Le tiers des MG initialisent habituellement la corticothérapie à la dose de 15 à 20 mg/j. Pour la surveillance de l’activité de la PR, 60% de des MG ne connaissaient pas le DAS28; et 59% d’entre eux ne connaissent pas les nouveaux critères diagnostiques de 2010. Concernant le traitement de fond de première intention, 42% ne préconisent pas le méthotrexate alors que c’est le traitement de première ligne. Chez 83% des MG, ce traitement peut être initié au delà de 3 mois de la fenêtre d’opportunité. Une grande majorité des MG ont exprimé leur souhait d’adhésion à une formation ciblée sur la maladie.

La PR est une maladie complexe qui nécessite une prise en charge multidisciplinaire. Actuellement, on parle de parcours des soins coordonné où le MG peut jouer un rôle primordial. Mais dans notre enquête, on note un écart dans les pratiques chez le MG. Le débat actuel est relancé pour définir le rôle des sociétés savantes dans la formation continue qui doit être un processus institutionnalisée.

The aim of our study was to evaluate the management of RA by general practitioners (GP) in Moroccan and to verify their practices to the degree of conformity with the recommendations of good practice.

A questionnaire was developed, validated by an expert committee and then sent to GP. The survey was conducted on Google forms and mailed to all Moroccan GP. The questionnaire includes multiple choice questions and clinical case.

Among the 9055 GP practicing in Morocco, only 890 had a valid mail address and the turnout was 24.71%.

The number of RA patients Consulted by the GP was 5.75 patients per month. Regarding the diagnosis of RA, half of the GPs do not know the time limit for early diagnosis. Third of GPs usually initiate corticosteroids at a dose of 15-20 mg / d. For surveillance of RA activity, 60% of GPs were unaware of DAS28; And 59% don’t know about the new diagnostic criteria (2010). For first-line therapy, 42% don’t recommend methotrexate as the first-line therapy. In 83% of GPs, this treatment can be initiated beyond 3 months of the window of opportunity. A large majority of GPs have expressed their wish to join training targeted to the disease.

RA is a complex disease requiring multidisciplinary care. Currently, we talk about a coordinated care pathway where the GP can play a key role. But in our survey, there is a discrepancy in practice among the MG. The current debate is relaunched to define the role of learned societies in continuing education which must be an institutionalized process.

Mots-clés: Polyarthrite Rhumatoïde, Recommandations; Enquête; Médecins Généralistes.