Syndrome douloureux régional complexe de type I ou algodystrophie : physiopathologie et diagnostic positif.

FMC

Naji Noura, Akasbi Nessrine, Harzy Taoufik

Service de Rhumatologie, CHU HASSAN II, Fès, Faculté de médecine et de pharmacie de Fès, Université sidi Mohammed Ben Abdellah, Fès, Maroc.

Rev Mar Rhum 2019; 49: 26-31

Le syndrome douloureux régional complexe de type I (SDRCI) ou algodystrophie est une affection douloureuse neuropathique et chronique qui se caractérisée par la présence d’une composante autonome et inflammatoire. Elle survient chez environ 7% des patients qui ont des fractures, chirurgie des membres ou d’autres blessures [1]. Sa physiopathologie est mal connue, complexe et multifactorielle .Elle inclue des facteurs génétiques, psychologiques et pro-inflammatoires.

Sur le plan clinique, l’algodystrophie se caractérise par la succession de 3 phases : une phase chaude (pseudo-inflammatoire aigue), puis une phase froide (dystrophique), et ensuite possiblement une phase atrophique. En règle générale le SDRCI est diagnostiqué uniquement sur la base de signes cliniques. Les données d’imagerie ne sont pas nécessaires pour affirmer le diagnostic d’algodystrophie.

Complex regional pain syndrome type I (CRPSI) or algodystrophy is a painful neuropathic and chronic condition characterized by the presence of an autonomic and inflammatory component. It occurs in approximately 7% of patients who have fractures, limb surgery or other injuries [1]. Its pathophysiology is poorly known, complex and multifactorial. It includes genetic, psychological and pro-inflammatory factors. In clinical terms, algodystrophy is characterized by the succession of 3 phases : a warm phase (acute pseudo-inflammatory), then a cold phase (dystrophic), and possibly an atrophic phase. In general, the CRPSI is diagnosed solely on the basis of clinical signs. Imaging data are not necessary to supportthe diagnosis of CRPSI.

Mots-clés: Algodystrophie; Physiopathologie; Diagnostic positif