Syndrome de Gougerot Sjögren.

FMC

Fatima Zahra Haddani, Tarik Youssoufi, Abderrahim Majjad, Abdelhafid Guich, Hasna Hassikou

Service de Rhumatologie, Hôpital Militaire Moulay Ismail, Meknès - Maroc.

Rev Mar Rhum 2018; 45:3-13

Le syndrome de gougerot Sjögren (SGS) apparait comme la plus fréquente des connectivite après la PR. Sa définition est celle d’une épithélite auto-immune associée à la production d’auto-Ac anti-Ro (SSA) et anti-La (SSB) rendant compte du rôle prédominant des lymphocytes B auto-immunes. Sa description clinique est bien connue du rhumatologue avec la mise au point de nouveaux critères ACR-EULAR. L’apport de l’imagerie sous la forme de l’échographie des glandes parotide est utile aussi bien pour le diagnostic que pour le suivi avec une bonne spécificité. Malgré la complexicité étiologique et symptomatique du SGS, un certain nombre d’avancées thérapeutiques ont été enregistrées durant ces dernières années permettant d’améliorer sensiblement la prise en charge des patients.

Sjögren’s syndrome appears to be the most common connective tissue disease after RA. Its definition is that of an autoimmune epithelitis associated with the production of auto-Ac anti-Ro (SSA) and anti-La (SSB) accounting for the predominant role of autoimmune B cells. His clinical description is well known to the rheumatologist with the development of new ACR-EULAR criteria. The contribution of imaging in the form of parotid gland ultrasound is useful for both diagnosis and follow-up with good specificity. Despite the etiological and symptomatic complexity of this disease, a number of therapeutic advances have been recorded in recent years to significantly improve the management of patients.

Mots-clés: Syndrome sec; Lymphome ; Traitement.