Profil du Myélome Multiple des os en consultation rhumatologique à Lomé (Togo)

Article Original

Kakpovi Kodjo (1), Oniankitan Owonayo (2), Houzou Prénam (1), Koffi-Tessio Viwalé ES (1), Tagbor Komi C (1), Fianyo Eyram (1) , Mijiyawa Moustafa (1)

1 Service de Rhumatologie, CHU Sylvanus Olympio, Lomé - Togo.
2 Service de Rhumatologie, CHR Lomé Commune, Lomé - Togo.

Rev Mar Rhum 2014; 27: 48-53

Objectif : L'incidence réelle du myélome multiple qui est le plus fréquent des cancers primitifs osseux de l'adulte semble mal connue en Afrique Noire. Objectifs : déterminer le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif du myélome multiple des os. Matériels et méthodes : Il s'agit de l'étude d'une série de cas sur dossiers de patients hospitalisés pour un myélome multiple satisfaisant aux critères du SWOG.

Résultats : 59 des 2881 patients (2%) hospitalisés en 21 ans ont souffert de myélome multiple des os. L'âge moyen à l'admission était de 56 ans et la durée moyenne d'évolution de 15 mois. Il existait une légère prédominance féminine avec un sexratio de 1,1. Les circonstances de découvertes et les signes physiques étaient dominés par les douleurs osseuses dans 93,2 % des cas avec comme siège principal le rachis dans 69,5 % des cas. Les lésions radiologiques étaient retrouvées dans 96% des cas. Le pic monoclonal était évocateur dans 67,7% des cas avec une nette prédilection pour la zone gammaglobuline (65%). Le pourcentage moyen de plasmocytes était de 31,5%. Selon le type d'Immunoglobuline, une prédominance des myélomes à Ig G dans 66,6% des cas. Les chaînes légères Lambda étaient prédominantes (55,6%). Le myélome excrétant était la forme clinique la plus retrouvée (66%). La chimiothérapie faite essentiellement de Melphalan, associé à la prednisone a été la plus utilisée (69,4%). Au plan évolutif, 86,4% de nos patients étaient découverts au stade III. La rémission a été obtenue chez 12 patients, 24 cas de décès, 24 cas de perdus de vue et 11 cas sont encore sous traitement.

Conclusion : Le myélome multiple des os reste actuellement une maladie incurable souvent fatale. Son diagnostic est tardif et sa prise en charge très limitée en Afrique subsaharienne.

Objective : The incidence of myeloma Multiple myeloma (MM) which is the most common bone primitive cancer in adulthood seems poorly known in Black Africa. Aim of the work: To determine the epidemiological, clinical, paraclinical and therapeutic profile and the evolution of multiple myeloma in patients admitted to the Rheumatology Department in Lomé (Togo). Materials and methods : A retrospective study was conducted over 21 years on records of hospital patients admitted for multiple myeloma satisfying the SWOG criteria.

Results : Fifty nine of 2881 (2%) patients admitted suffered from multiple myeloma of the bone. The mean age at admission of those 59 patients (31 women, 28 men) was 56 years while the mean disease duration was 15 months. The main manifestation of patients with multiple myeloma was the inflammatory bone pain (93.2%). The spine was the main area of pain (89.65%). Radiological lesions were observed in 96% of cases. The monoclonal peak was evocative in 67.7% of cases with a clear predilection for the gamma globulins (65%) area. The mean percentage of plasma cells was 31.5%. Depending on the type of immunoglobulin, a predominance of Ig G was observed in 66.6% of the cases. Lambda light chains were observed in 55.6%. Myeloma excreting was the most clinical form observed (69.5%). The association Mephalan and Prednisone has been the most protocol used in 57.6% of the cases. In evolutionary terms, 86.4% of our patients were discovered in stage III. Remission was observed in 12 patients, 24 cases of death, 24 cases of lost and 11 cases are still under treatment.

 

Conclusion : Multiple myeloma is currently an incurable disease that is often fatal. His diagnosis is late and its support very limited in sub-Saharan Africa.

Mots-clés: Afrique Noire, Maladie de KAHLER, Epidémiologie; Myélome multiple